Culte de Début du Printemps

Temple Messianique du Sol Sacré d’Atami, au Japon

4 février 2014

C’est avec une profonde révérence à Dieu que je vous dis que la volonté de Dieu le Créateur est de faire tous les êtres humains devenir Ses enfants. Dans ce sens Meishu-Sama est notre modèle et l’exemple de quelqu’un qui est devenu un fils de Dieu par sa renaissance en tant que Messie.

Aujourd’hui dans ce début de printemps, j’aimerais louer Dieu qui est un avec  Meishu-Sama et Lui exprimer ma gratitude  d’être, ensemble avec chacun d’entre vous, toute l’humanité et tous les ancêtres, en train d’être préparé par Lui pour renaitre en tant que Son fils.

J’ai appris que vous, les membres de la IzunomeKyodan, on défini pour but de cette année « avoir le désir de naitre à nouveau en tant que des enfants de Dieu et souhaiter devenir un pionnier du salut ». Je sais que pour atteindre ce but, vous vous efforcez de pratiquer le Johrei, l’Agriculture Naturelle, le potager familial et les arts, en plus de la pratique de partager l’amour altruiste de Meishu-Sama avec le prochain. C’est humblement sincère que j’ai pris connaissance de l’effort continuel que chacun d’entre vous dédie à l’œuvre divine de Meishu-Sama.

Aujourd’hui, j’aimerais vous dire que le véritable « pionnier du salut » est, en réalité, Meishu-Sama.

Meishu-Sama est venu sur Terre et, ainsi que nous tous, a pris forme humaine et a vécu par nous. Il nous a transmis la parole de Dieu et nous a montré aussi le pouvoir de Dieu de diverses manières.

Et, ce n’est pas tout. Quoique nous ayons tendance à  oublier ce point, Meishu-Sama a été la première personne d’entre nous, c’est-à-dire, le pionnier,  à  croire réellement au paradis intérieur,  à retourner  à  ce paradis et à  démontrer que l’acte de revenir au paradis intérieur est la seule façon de sauver les personnes, en les amenant au paradis. Meishu-Sama a écrit le poème suivant : « Je deviendrai, avant tout autre personne, un habitant du paradis ayant le désir d’amener les autres au paradis ».

Ce que Meishu-Sama veut que nous comprenions par ce poème est que notre véritable résidence, notre vraie adresse résidentielle,  c’est le paradis qui existe au centre de la conscience de chacun d’entre nous et que la mission de tous les êtres humains est de servir Dieu dans ce paradis.

Scient de cette mission, Meishu-Sama est revenu  à  son paradis intérieur, étant donc notre pionnier. Pourtant, il n’est pas revenu seul.

Il est revenu au paradis ensemble avec toute l’humanité et tous les ancêtres et a ouvert le chemin pour que nous puissions retourner, nous aussi, et entrer dans le chemin du salut, autrement dit, au chemin de renaitre en tant que fils de Dieu.

C’est pour cette raison qu’il nous faut reconnaitre Meishu-Sama comme le véritable « pionnier du salut ».

Je suis sûr que, maintenant, Meishu-Sama nous stimule  à  comprendre quelle est la mission véritable de l’être humain et à suivre ses pas pour que nous devenions des véritables « pionniers du salut ».

Donc, nous allons correspondre à ce désir de Meishu-Sama avec une grande joie. Nous allons devenir aujourd’hui les premiers, d’entre toute l’humanité, à  retourner à notre paradis intérieur et amener avec nous toute l’humanité  et tous nos ancêtres comme ceux qui ont déjà été pardonnés, purifiés et sauvés. Je crois que c’est de cette façon-là que Dieu désire que vous Le serviez comme des véritables pionniers de Son œuvre de salut.

Et, nous ne pouvons pas oublier : quoique nous n’ayons pas des souvenirs de ceci, la particule divine que chacun de nous possède était originalement au paradis en servant Dieu ensemble avec Meishu-Sama. Ainsi, le fait de devenir des véritables « pionniers du salut » sur Terre signifie aussi que vous êtes en train de vous souvenir comment vous aviez l’habitude de servir Dieu au paradis et comment vous avez été constamment utilisés dans Son œuvre de salut, bien avant de naître dans ce monde.

J’aimerais suggérer une pratique que vous tous, vous pourrez la faire en tant que véritables pionniers du salut. Quand vous allez visiter ou rencontrer quelqu’un, chaque fois que vous appliquez Johrei à quelqu’un, dites mentalement à la personne : « Ensemble nous allons revenir à notre paradis intérieur comme des personnes liées à Meishu-Sama ».

Vous pouvez croire que rien ne changera par ces mots proférés mentalement. Oui, c’est vrai que, peut être, vous n’arriverez pas à percevoir des changements dans le monde physique. Mais, il faut que vous le sachiez : le pouvoir de ces mots va générer une force du salut bien au-dessus de ce que vous pouvez imaginer et, j’en suis sûr, la particule divine brillera plus intensément que jamais à l’intérieur de vous.

J’aimerais aussi vous dire que l’acte de revenir au paradis en tant qu’un « pionnier du salut » n’est pas sans liaison avec l’autre but que vous avez tracé pour cette année, car c’est naitre à nouveau comme un véritable fils de Dieu et vous ne pourrez jamais être Ses enfants si vous n’êtes pas des habitants du paradis, la maison de Dieu.

C’est pour cette raison-là que j’aimerais que vous sachiez que vos deux objectifs : servir Meishu-Sama en tant qu’un « pionnier du salut » et avoir le désir de « naître à nouveau en tant qu’un enfant de Dieu », ne sont pas des choses distinctes. Elles sont une seule et même chose.

Il faut que je vous dise que le véritable Père de la vie c’est Dieu. Et, c’est Meishu-Sama qui nous a appris cette vérité, ayant partagé son expérience propre avec nous.

Il y a 60 ans, au 19 avril 1954, moins d’un an avant sa mort, Meishu-Sama a soudain subi un collapse, présentant les symptômes d’un A.V.C. Tandis qu’il lutait pour se récupérer de l’accident cérébral, le 5 juin de la même année,  Meishu-Sama a convoqué  ses disciples les plus dévoués à Hekiunso, sa résidence  à Atami  à  cette  époque, et leur a dit  à  quel point il était surpris et heureux de renaître comme un Messie, comme un saint fils de Dieu.

Dix jours plus tard, le 15 juin 1954, on a réalisé à Atami la « Cérémonie Provisoire de Commémoration de la Naissance du Messie »  où  Meishu-Sama a communiqué ce fait surprenant à ses fidèles.

Lorsque nous pensons à ces événements, il y a un point que nous ne pouvons jamais ignorer : Meishu-Sama n’a pas dit qu’il  était né  à  nouveau en tant que Messie après avoir récupéré ses forces et se remettre de l’accident   cérébral. Il a déclaré  qu’il  était né   à nouveau pendant les difficultés infligées par la maladie, sans avoir présenté de signe apparent d’amélioration.

Souvenez-vous : à vrai dire, la maladie de Meishu-Sama avait empirée après avoir annoncé  sa renaissance en tant que fils de Dieu et, éventuellement, sans se remettre, Meishu-Sama a quitté la Terre le 10 février de l’année suivante.

Il me faut souligner encore une fois : c’est au cours de sa maladie que Meishu-Sama s’est aperçu qu’il était devenu un fils de Dieu et qu’il a senti une énorme joie. Pourquoi ?

Je crois fermement que, en faisant face à une maladie dont il ne guérissait pas tel qu’il le souhaitait et,  face à  la mort physique, Meishu-Sama, avec l’aide de Dieu, s’est aperçu qu’il y avait une autre vie que nous tous, les êtres humains, possédions, au-delà de la vie que nous héritons de nos parents physiques. Autrement dit, je crois que Meishu-Sama a senti, véritablement et de façon concrète, la limitation de sa vie physique et l’éternité de la vie de Dieu à l’intérieur de lui. Peut être, Meishu-Sama savait déjà  ce fait en théorie. Néanmoins,   je sens que, par l’accident vasculaire cérébral, Dieu a demandé avec sévérité  à  Meishu-Sama dans quelle vie il croyait réellement : à  la vie reçue de ses parents physiques ou bien à la vie éternelle à lui concédée par Dieu ?

Surpris par ce questionnement fait par Dieu, j’imagine que Meishu-Sama a répondu  à Dieu en disant : « S’il vous plaît, pardonnez-moi mon péché  le plus grave, celui de ne pas avoir cru que la vie que j’ai, elle est en réalité  Vôtre. Je livre mon âme  à  Vous, Seigneur Dieu, mon véritable Père. Si c’est Votre volonté, s’il vous plaît, acceptez mon âme, la plus précieuse de Vos créations », et il a livré sa vie, son âme à Dieu.

Dieu étant le véritable Père de Meishu-Sama, je crois qu’Il a accepté  son âme avec grande joie et a décidé de lui concéder une fois encore Sa vie éternelle, en reconnaissant Meishu-Sama comme Son véritable fils.

Je suis sûr que Meishu-Sama a eu la permission de sentir cette grande joie de Dieu à l’intérieur de lui et, c’est pour cette raison que qu’il nous a dit qu’il était né  à  nouveau en tant que fils de Dieu et qu’il a partagé sa joie avec nous dans la cérémonie du 15 juin 1954.

Bien longtemps nous avons cheminé  dans obscurité,  sans reconnaitre le Père véritable de notre vie.

Etant donné sa grande miséricorde, lui qui était né à nouveau en tant que fils de Dieu, Meishu-Sama nous a fait reconnaitre Celui qui est notre véritable Père.

Bien sûr, nous avons reçu cette vie physique de nos parents physiques. Mais, nous ne pouvons jamais oublier l’autre vie, la véritable vie qui nous a été concédée par Dieu.

Lorsque je pense au fait extraordinaire que Dieu, notre véritable Père, et Meishu-Sama, qui est né  à  nouveau comme fils de Dieu, brillent tous les deux intensément  à  l’intérieur de moi, je dois dire que les mots me manquent et que je sens un profond respect et admiration envers le Créateur pour cette merveilleuse bénédiction.

On parle fréquemment qu’il nous faut honorer nos parents. Maintenant, par Meishu-Sama, nous avons connu et rencontré  notre Père véritable. Et, c’est ce véritable Père, Dieu, qui désire que nous tous, nous devenions réellement Ses enfants. Avec la conviction que nous sommes venus sur Terre pour devenir des véritables enfants de Dieu, nous allons, au nom de Meishu-Sama, dire à  notre Père : « J’ai ignoré ceci jusqu’à  présent mais maintenant, je sais que mon véritable Père c’est Vous, Seigneur, mon Dieu ». C’est ainsi que nous pouvons honorer véritablement notre Père. Celui-ci sera un pas énorme, pourtant invisible, pour renaitre en tant que fils de Dieu.

Pour clore, dans ce jour de début de printemps, j’aimerais exprimer ma plus sincère gratitude  à  Dieu, d’avoir pu me lier à Meishu-Sama et de m’être, finalement, réveillé  du long sommeil où je croyais au concept de mort. Maintenant, en tant que des personnes qui ont la bénédiction de connaitre le Père de notre vie éternelle, nous allons recevoir le revigorant nouveau souffle de Dieu et prier pour que ce souffle de vie soit partagé au moyen de nous avec l’humanité toute entière, tous les ancêtres et toute la nature.

Merci beaucoup.