Je réponds au nom de Akoni Chantal, akonij’ai 45 ans d’âge. Je suis membre au Point de Johrei de Badara. J’ai été acheminée à l’EMM en janvier de 2018, par l’entremise de M. Alphonse, sympathisant dans cette Eglise.

A l’époque, j’avais la difficulté de la maladie de ma fille répondant au nom de Chako Angel âgée de 14 ans. Elle a commencé à souffrir de la maladie d’épilepsie ensemble avec sa sœur jumelle depuis janvier 2017. Le premier jour où elle a fait cette crise, elle revenait de l’école, sa sœur jumelle est venue au secours, elle aussi a commencé à faire la même crise. Elles faisaient la crise plus de vingt fois par jour.

Comme tout parent, j’ai commencé à chercher la solution dans les hôpitaux et dans les églises. Pendant qu’elles étaient soumises au traitement médical moderne, je les emmenais dans les églises diverses pour la solution. Quand elles faisaient la crise, il fallait attendre plus de dix minutes pour les voir se rétablir ou récupérer la conscience.  Elles bavaient pendant la crise. Elles craignaient même de dormir parce qu’elles faisaient ces crises pendant le sommeil. Il fallait être toujours à leur coté pour les surveiller. Après huit mois de souffrance, une jumelle est rentrée dans le monde spirituel.

J’avais perdu l’appétit et le sommeil ; j’avais maigri sérieusement ; la maladie de la survivante s’est aggravée au point que si elle est assise sur une chaise, elle ne pouvait plus se mettre seule debout sans l’aide de quelqu’un.

j’ai  été dans plusieurs églises de la place où j’ai dépensé plus de 400 $ ; C’est beaucoup d’argent dans notre pays quand on connait le pouvoir d’achat de notre monnaie. L’enfant est passée à plusieurs séances de délivrance, par le jeûne, etc sans solution. Ma grande sœur qui m’encourageait était prête à me soutenir financièrement. Elle me disait : « ne te fatigue pas, la solution sera trouvée un jour ».   Nous avons consulté même un grand féticheur, mais ses rites n’ont apporté aucune amélioration. Mon mari a fui la maison sous prétexte que l’enfant ne guérit pas toujours ; elle souffre d’une maladie mystique. Il est allé prendre une concubine.

 Je suis arrivé chez un pretre qui a commencé à prier aussi pour ma fille ; comme l’enfant ne guérissait pas toujours malgré l’avance de 300 $ reçus sur les 700 $ demandés, j’ai commencé à pleurer en disant : mon Dieu, pourquoi ma fille ne guérit pas malgré toutes les églises fréquentées ; quel péché j’ai commis ? Le pasteur m’approcha et me dit : « en vérité, nous n’avons pas la force de guérir ta fille. Franchement je dois de recommander dans une église que je connais, elle est plus forte que toutes les églises, elle seule peut guérir et sauver ta fille. C’est une église qui sauve les ancêtres ; son Fondateur est un japonais ; si tu arrive là-bas, ton enfant sera guérie, c’est une église puissante ». Il m’en a parlé sans me donner l’adresse. Ma sœur m’a encouragée. J’ai pris la décision de ne fréquenter aucune église.

Nous sommes rentrés à la maison, pour nous informer sur cette église mais en vain. J’ai eu l’information selon laquelle l’une de mes parcelles était menacée dans une autre commune de la ville. J’étais obligée de me déplacer pour y habiter avec ma fille ; quelques jours après, un voisin, M. Alphonse est venu me parler de miracles de l’EMM. Je lui ai dit que je suis fatigué des églises, je cherche une église des japonais où on sauve les ancêtres ; lui aussi ne m’a rien dit. Le lendemain, j’ai vu une équipe des messianiques venus faire le nettoyage dans sa maison. Ils m’ont invité à l’Eglise.

Une semaine après, j’ai emmené l’enfant à l’Eglise ; j’ai été reçue par le responsable qui m’a expliqué que les souffrances viennent de nos ancêtres et nous a orientés à recevoir au moins dix johrei par jour, de faire la réflexion profonde, la pratique de sonen, de faire une offrande de gratitude pour la purification. Quant j’ai vu la façon dont il faisait la prière (johrei), je me suis découragée. Je me suis dit intérieurement : ce sont des aventuriers, même l’argent qu’il demande, je ne le lui donnerais pas.

Quand nous sommes rentrés à la maison, le lendemain, l’enfant s’est réveillée avec plus de force, elle a même demandé le balai et a balayé la maison, chose qu’elle ne faisait depuis presque deux ans. Elle a même fait la vaisselle par la suite. Nous sommes rentrés à l’Eglise pour poursuivre la réception du johrei. J’ai parlé au responsable de ce changement en m’excusant de mon attitude et de ma pensée du premier jour. J’ai fait la réflexion profonde, comme ma fille aussi ; je faisais la pratique de sonen à la maison, j’ai également fait l’offrande de remerciement par après pour la purification.

Dès lors, la fréquence de crises a commencé à diminué par jour et même ainsi, elle ne faisait que plus ou moins 3 minutes plus reprendre conscience. Quand elle arrivait à l’Eglise, elle faisait aussi le nettoyage. Au bout de deux mois, les crises ont disparu totalement. Elle a récupéré toutes ses forces, elle a commencé à manger normalement. Elle a grossi.

 J’ai commencé à me questionner : la main que je trouvais simple et insignifiante est aussi puissante pour guérir une si grave maladie. Pourquoi j’ai perdu tout mon temps et mon argent dans les églises et devant les féticheurs ; finalement j’ai compris que si je n’étais pas passée par toutes ces églises, je n’allais pas apprécier à juste titre la grandeur et l’importance du salut de l’Eglise Messianique Mondiale.

Par la suite, j’ai commencé à recevoir l’aide des autres personnes qui ont commencé à pensé à moi financièrement. Une dame qui avait ma dette et ne voulait pas payer m’a appelé au téléphone et m’a donné une bonne partie soit 200 $. Ce jour là, cette débitrice m’avait accueillie comme jamais elle l’a fait, avec beaucoup de respect. Elle m’a donné en plus du riz, et du poisson.

J’ai fait une offrande pour remercier de toutes ces grâces comme orienté par le responsable.

Quand mon ex-mari a appris tous ces changements, il est revenu à la maison pour s’en quérir davantage. Je lui ai montré que l’Eglise qui a sauvé l’enfant s’appelle Eglise Messianique Mondiale, créée par le Messie Meishu-Sama. Il a commencé à fréquenter l’Eglise. Ma grande sœur qui m’accompagnait dans toutes ces souffrance est venue pour voir l’enfant chez moi et connaitre l’Eglise qui l’a sauvée. Elle était étonnée de ce miracle.

Devant tous ces miracles, j’ai appris que Meishu-Sama est réellement le Messie tant attendu par l’humanité et dispose du pouvoir réel de débarrasser l’humanité de toute souffrance. J’ai remercié avec une offrande d’effort majeur.

Voilà pourquoi j’avais pris le compromis de porter l’ohikar et je suis devenue membre depuis le 22 décembre 2018. Après mon baptême, j’ai ouvert ma maison aux voisins ; actuellement j’ai 28 sympathisants qui reçoivent le johrei, j’accompagne 7 maisons où je mets les fleurs, je fait la prière et ils disposent de potagers. J’ai fait nettoyage dans toutes ces maisons.

Parmi ces sympathisants, j’ai reçu un jeune homme âgé de 20 ans, répondant au nom de jean. Il se plaignait de la respiration difficile, de fièvres fortes, de maux de tête, de douleurs dans les cotes. Il en a souffert pendant deux semaines. A l’hôpital après examens, on a diagnostiqué de plaies aux poumons, signe de poison. Il a été soumis au traitement médical mais devant son inefficacité, il est venu à l’Eglise après avoir entendu parler de miracles du johrei dans le quartier.

Après avoir reçu le johrei le matin il est revenu à midi en disant, je sens un changement après avoir reçu le johrei ; la respiration s’est améliorée, voilà pourquoi je suis revenu. Il a reçu encore le johrei et il est revenu le soir. Après trois jours de pratique, il s’est senti guéri, les maux de tète, la fièvre, la difficulté de respiration, les douleurs ont disparu totalement. Il a commencé à manger normalement.  Il continue à fréquenter l’Eglise et a le compromis de porter l’ohikari.

Depuis que je me consacre à cette œuvre du salut, je suis en paix avec ma famille. Mon mari et ma fille sauvée sont tous candidats au prochain baptême. Ma fille s’est engagée à servir toute sa vie à l’œuvre divine car cette vie est nouvelle pour elle.

Pour tous ces miracles, je remercie le Dieu Suprême, le Messie Meishu-Sama pour avoir sauvé ma famille et de continuer à m’utiliser pour le salut des autres personnes.

Aux ministres, responsables, missionnaires, membres et sympathisants, j’exprime mes sentiments de gratitude pour leur accompagnement pendant ma purification.